• Accueil

     

    PASSE MOI TON FRIC OU CASSE TOI

    passe-moi-ton-fric

    Monsieur VERDI  Patrice                                                  Cannes la Bocca le 25/11/11

     

    à

     

     

     

    Monsieur le Président de la République
    Palais de l’Elysée
    55, rue du faubourg Saint-Honoré
    75008  Paris

     

     

     

    Monsieur le Président,

     

     

     

    Je viens de recevoir l’arrêt de la CAA de MARSEILLE en date du 03/11/11.

     

     

     

    Cette date qui correspond à votre présence sur le sol CANNOIS tend à démontrer publiquement votre intervention dans ce dossier où l’inégalité sociale semble avérée car les conclusions de la défense oublient de préciser que j’aurais du bénéficier de la présomption d’innocence dénoncée le 15/05/02 par le TA de NICE ainsi que la commission de discipline et que je bénéficie de la loi d’amnistie ainsi que du recouvrement de l’intégralité de mes droits civiques et civils depuis le 17/05/11.

     

     

     

    La ville de CANNES ne vous précise pas également que deux policiers municipaux condamnés pour des délits de harcèlement sexuel à des peines bien supérieures à la mienne et qui n’ont bénéficié d’aucune amnistie, ont été protégés par le Maire de CANNES pendant l’instruction et ont conservé leur fonction sociale, il y a donc un rapport entre la dénonciation de délits ou de crimes à caractère sexuel qui entraînent la suppression de toute fonction sociale et ceux qui les commettent et sont protégés de fait par le Maire de CANNES.

     

     

     

    Monsieur le Président, j’ai décidé de me pourvoir en cassation devant le conseil d’Etat et s’il le faut devant la CEJ en temps voulu car l’enjeu n’est plus de démontrer l’injustice incontestable du système mais l’antisémitisme et le racisme qui se cache derrière une politique d’austérité pitoyable couvrant des décisions de Justice instrumentées par l’exécutif où les avocats se désistent avec la bénédiction de certains magistrats nommés par vos ministres à des fins politiciennes incontestables.

     

     

     

    Je suis donc choqué une fois de plus de la perfidie des élites qui inspirent la peur au peuple car je suis un policier républicain donc un insoumis culturellement, je ne protégerai pas uniquement les intérêts du Grand Capital que vous connaissez bien en la personne du Docteur Jacques SERVIER défendu socialement par vos talents d’avocat d’affaires à NEUIILY et qui déclare en 2011 : «   Le Mediator, ce n’est que trois morts; 500 est un beau chiffre marketing. Les autres avaient déjà des valvulopathies » ; de tels propos démontrent un mépris de la nature humaine et des conséquences sociales de la mise sur la marché d’une molécule qui m’a été prescrite personnellement pendant plusieurs années qui est semblable à l’ISOMERIDE et qui a tué plus de 2000 personnes aux USA.

     

     

     

    Je respecte par idéologie toutes les différences sociales et culturelles mais j’ai surtout de l’affection et non pas du mépris pour les plus pauvres donc pour le Peuple, je n’appartiens donc pas et n’appartiendrai jamais à cette minorité antisémite qui se sert continuellement et ne sert pas la France.

     

     

     

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

     

     

     

    VERDI Patrice

     

     

     

    PS : Français , Résistez , Vos Enfants disparaissent comme vos libertés.

     

     

     

     

     

     
    Publié dans Non classé | Laisser un commentaire | Modifier

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :